Pour nous contacter par ecrit

Observatoire des programmes scolaires
34 rue Emile Landrin
92100 Boulogne

Contactez-nous

Observatoire
des programmes scolaires.

Vous êtes ici:

Actualités

  • 23
    jui

    L’Académie française s’oppose à la réforme de Najat Vallaud-Belkacem

    L’Académie française, après concertation et approbation de tous ses membres, se prononce dans un communiqué contre les réformes portées par le Ministre de l’éducation nationale. Faisant part de leurs inquiétudes au Président quant aux projets de réforme qu’ils jugent insatisfaisants, les académiciens ont soulevé trois éléments justifiant leur position.

    Tout d’abord l’Académie pointe du doigt le défaut de logique dans la mise en place des réformes : la réforme de l’organisation du collège a été publiée au bulletin officiel alors que les programmes d’enseignements ne sont pas achevés. « Il y a là un défaut de structure qui interdit la compréhension et dissimule la logique même des réformes proposées. »
    Ensuite, les Immortels déplore la diminution de la part des enseignements fondamentaux au profit des enseignements interdisciplinaires, « dont l’objet est le plus souvent ponctuel, dicté par l’actualité ou directement appelé par l’environnement immédiat des élèves. » Selon eux, ces dispositifs ne permettront ni de « lutter efficacement contre l’échec scolaire », ni « la réussite pour tous » : au contraire, elle va « développer les inégalités ».
    L’Académie est préoccupée en dernier lieu par le devenir de l’apprentissage de la langue française : « elle considère qu’aucun redressement de notre système éducatif ne pourra être opéré si l’accent n’est pas mis sur l’apprentissage du français, dont la maîtrise et la compréhension sont la condition d’accès aux autres disciplines ». Elle regrette la disparition des textes, des œuvres, des courants littéraires au sein des programmes, ainsi que la réduction de la place des humanités dans la réforme du collège, et la confusion entre la place des langues mortes, latin et grec, et celle des langues régionales.

    L’Académie française souligne que « l’exigence constitue le principe fondateur de l’école de la République ; elle doit le rester ou le redevenir », et conclue : « Pour toutes ces raisons, l’Académie française estime nécessaire de reconsidérer les principes et les dispositions des réformes proposées. »

    Voir en ligne